Sex-Toy DIY/Présentation

Le Projet Sex-Toy DIY est né de la rencontre du développement de l’impression 3D open source (projet REP/RAP) et d’une volonté de déployer la créativité du désir érotique, objets, mécanismes,…

Le projet RepRap (Replicating Rapid prototyping initié par Adrian Bowyer, University of Bath) a pour but de rendre accessible la technologie de « l’impression 3D », ou prototypage rapide, à faible coût. La RepRap prend la forme d’une imprimante 3D de bureau, capable d’imprimer des objets en plastique.

La machine est auto-répliquante, c’est à dire qu’elle peut produire plus de la moitié des ses composants étant essentiellement composées de plastique. Une personne possédant cette machine peut produire des pièces à moindre coût et les proposer à ses amis et/ou faire des pièces de rechanges, revisiter les objets quotidiens, lançant ainsi la révolution de l’imprimante 3D open-source.
La particularité de ce projet « DIY » est dans l’engagement politique de son fondateur. Il est en effet question de réappropriation des moyens de production par l’utilisateur, réservés jusqu’alors à des usages industriels. La technique industrielle, avec comme figure de proue, la machine, intermédiaire entre l’objet fabriqué et l’individu, lui confisque une part de son autonomie lui imposant des objets à usage définis, de fait de plus en plus homogénéisés. Au-delà de l’imprimante 3D que nous utiliserons parmi d’autres médiums de réalisation, le projet RepRap nous intéresse en tant qu’initiative de reconquête des objets et des outils et le partage de ces connaissances. La production devient du même coup un acte créatif, émancipateur, reposant sur des besoins préalablement identifiés. Et l’outil vu comme le produit d’expériences, de tâtonnements, d’intelligences pratiques, résultant de la confrontation de l’homme à ses besoins ou à ses désirs.

Pointpointpoint.org prend cet objet symbolique du sex-toy en se proposant de remonter cette « machinerie » à l’envers. : recréer le lien entre l’objet et la créativité de l’individu, réinventer ses besoins, déployer ses plaisirs ; et ce, par le biais des nouvelles technologies open-sources (impression 3D, reverse engenering), mais aussi des médiums dits plus « traditionnels » (moulage).

 

pouet